Il s’intitule « Morning » et se compose de seulement quatre mots divisés en deux vers célèbres : « M’illumino d’immenso ». La poésie lyrique, peut être considérée comme le manifeste de la poétique hungarettienne pour sa brièveté et le message flagrant qui s’en dégage, et est certainement l’une des compositions les plus courtes de l’intérieur du XXe siècle. Il a été écrit par Giuseppe Ungaretti à Santa Maria La Longa (UD) le 26 janvier 1917. Djalla-Maria Longa vit à Massat, en Ariège, depuis trente ans. En plus de l’éducation de ses trois enfants, Djalla consacre son temps à l’écriture. Un rêve encore inimaginable il y a peu pour cette jeune femme autodidacte.

Giuseppe Ungaretti

Giuseppe Ungaretti (Alexandrie d’Egypte 1888 – Rome 1970) était un poète italien et volontaire dans la Grande Guerre. Né en Égypte de parents italiens, Ungaretti a fréquenté la prestigieuse école suisse d’Alexandrie, puis s’est installé à Paris où il est entré en contact avec le monde de la littérature, de l’art et de la poésie. Il devient ami de Guillaume Apollinaire et rencontre entre autres Pablo Picasso , Aldo Palazzeschi et Giorgio De Chirico . Il collabore avec le magazine « Lacerba » jusqu’en 1914, date à laquelle il décide de retourner en Italie où il soutient les politiques interventionnistes. Il a participé à diverses réunions et événements et a rencontré Benito Mussolini. L’année suivante, le gouvernement Salandra officialisa la guerre contre l’Autriche-Hongrie et le poète décida de s’enrôler comme simple soldat . La première demande a été refusée parce qu’il était trop vieux mais à la fin de l’année, vu le besoin d’hommes, elle a été acceptée.

Ungaretti n’est pas devenu le protagoniste des actions héroïques mais grâce à sa poésie, il a laissé certaines des pages les plus touchantesde la Grande Guerre. Ayant abandonné les sentiments nationalistes qui l’avaient ému jusqu’à quelques mois plus tôt, il «prit conscience de la condition humaine, de la fraternité des hommes en souffrance, de l’extrême précarité de leur condition». (Mark Thompson, «La guerre blanche», Il Saggiatore, Milan, 2009, p. 200). En se reposant, au milieu des tranchées du Monte San Michele ou au fond de la plaine frioulane , il se met à écrire une sorte de journal en forme de poésie, composé de quelques mots mais significatifs accompagnés d’une date et d’un lieu. Son ami (et poète) Ettore Serra le persuada d’avoir les feuilles où il écrivait ses pensées et en 1916, il fit imprimer 80 exemplaires intitulés « Il Porto Burolto » . À l’intérieur, vous pouviez lire 29 poèmes, dont certains devinrent plus tard très connus sous le nom de « Fratelli » ou « San Martino del Carso » . La plupart ont été écrits en Mariano del Friuli , Versa (fraction de Romains d’Isonzo ) et en Valloncello di Cima 4 , sur le Monte San Michele .
Après avoir passé près de deux ans sur le front karstique, la défaite de Caporettoconduit Ungaretti en France. Les accords avec la Triple Entente prévoyaient en effet l’envoi d’un contingent italien sur le front ouest, à l’est de Paris.

A la fin de la Grande Guerre, le poète reste à Paris où il édite une deuxième édition de « Il Porto Burolto », intitulée « L’allegria dei naufragi » et imprimée à Florence en 1919. D’autres poèmes viennent s’ajouter aux premiers poèmes, tous composés en 1917 , dont le fameux « Mattina » (composé de sept syllabes: « M’illumino d’immenso » ), écrit en Santa Maria la Longa .

Aujourd’hui, il est possible de retracer certains des lieux qui ont inspiré la poétique d’Ungaretti en visitant leMusée en plein air de Monte San Michele , de la ville de San Martino del Carso et du parc Ungaretti à proximité . On se souvient également de sa figure à Santa Maria la Longa où l’on peut admirer un monument inspiré du poème « Mattino ».

Le recueil de poèmes « La gaieté ».

Le poème « Mattina » fait partie de la troisième section, intitulée Naufragi, du recueil L’Allegria, publié pour la première fois en 1931. Au départ, la collection entière s’intitulait Allegria di Naufragi, mais le poète a ensuite décidé de simplifier le titre et de le rendre plus direct.

La dernière édition date de 1942 et contient plusieurs sections :

Le port enterré, avec le célèbre poème du même nom, rassemble les premiers poèmes consacrés à l’expérience de la Première Guerre mondiale, vécue par Ungaretti en tant que soldat enrôlé dans le Karst ;

Naufrages, qui contient encore des poèmes de guerre composés sur le front ;

Je me promène, des poèmes composés pendant l’expérience de la guerre en France ;

D’abord, les textes écrits après la guerre.

Les thèmes de la collection expriment les sentiments de douleur face à l’expérience de la guerre que le poète a vécue à la première personne et le sentiment d’attachement à la vie qui en découle. Un autre thème que l’on peut voir est la fraternité entre les hommes. Elle devient une valeur fondamentale à poursuivre dans les moments sombres de la guerre. Le titre, Allegria, fait en effet allusion à l’impulsion positive de l’homme qui survit malgré la douleur et les naufrages de la vie.

Matin : histoire, paraphrases et analyse

La poésie du matin n’est composée que de deux vers et pour la comprendre pleinement, il faut nécessairement lire le titre, auquel le contenu fait référence. Le célèbre critique littéraire Romano Luperini a noté comment le poète représentait la grandeur par la lumière.

Au départ, le poème devait être un peu plus long et devait s’intituler « Ciel et mer » :

La raison de cette réduction réside dans le désir de l’auteur de représenter sur papier le sentiment du moment sans recourir à des mots inutiles. Le verset est réduit à l’os, dans ce cas à quelques mots (les mots verso) pour renforcer la valeur sémantique de chacun.

C’est ce qui m’éclaire immensément : la splendeur du soleil qui vient de se lever donne au poète une sensation intérieure qui le relie au sentiment d’immensité. Il se sent vivant et fait partie du mystère infini de la nature. L’état d’esprit décrit est presque mystique, d’union avec l’univers.

Les deux vers sont des ternaires sans rime qui, lus ensemble, deviennent une parfaite septenaire. Entre les deux versets, il y a aussi quelques consonnes (retour sonore -m) qui contribuent à leur unification.

Il y a aussi la figure rhétorique de la synesthésie (juxtaposition de deux termes appartenant à des sphères sensorielles différentes). La sensation physique de la lumière du soleil (illuminer) se réfère à une sensation intérieure (échange de sensations et de pensées).

C’est une écriture brillante. Le poète, en quelques mots, transmet la sensation forte et majestueuse du réveil matinal. Il représente le désir de vie et de grandeur, malgré les horreurs de la guerre qui se perpétue constamment.

Santa Maria la Longa: Monuments et lieux d’intérêt

Santa Maria la Longa est un petit centre agricole au cœur de la plaine du Frioul , à mi-chemin entre Udine et Palmanova le long de la route nationale SR352. Pendant la Grande Guerre, il était dans une position optimale pour reposer les lignes arrière car il n’était pas loin du front mais assez loin des attaques austro-hongroises avec des armes à longue portée. Pour cette raison, entre 1915 et 1917, de nombreuses casernes ont été construites et de nombreuses structures ont été converties pour d’autres fonctions, telles que les hôpitaux ou les quartiers généraux des départements militaires.
Parmi les nombreux soldats qui ont trouvé le repos à Santa Maria figuraient Gabriele d’Annunzio et Giuseppe Ungarettiqu’ici, pendant son repos de l’hiver 1917, il composa trois poèmes: « Sleeping », « Solitude » et le fameux « Morning  » , un chef – d’œuvre d’hermétisme en deux mots seulement écrit le 26 janvier 1917: « M ‘ J’éclaire l’immense « .
A l’occasion du 88e anniversaire de ce poème, l’administration municipale a inauguré un monument dédié à Ungaretti par le sculpteur frioulan Franco Maschio. La statue, placée dans la Piazza Divisione Julia centrale, représente un corps montant et arqué. A proximité, il y a aussi trois pierres karstiques où les trois poèmes d’Ungaretti ont été gravés. «Santa Maria La Longa le 26 janvier 1917 : Je m’éclaire d’immenses  » (Giuseppe Ungaretti , poème Morning , in Life of a man , 1917, Mondadori ) Marteau de forge S. Maria la Longa, Mariano Fabris

Sur la Piazza Divisione Julia, où se trouve la mairie de Santa Maria la Longa, se trouve la «Farie» de Mariano Fabris qui conserve un ancien marteau. De l’autre côté, un jardin précède la Villa Turchetti-Vintani, une bâtisse datant du début du siècle dernier, aux formes sobres, avec des notes de style Art Nouveau.

Pendant la Première Guerre mondiale, la villa abritait le mess des officiers également fréquenté par Gabriele D’Annunzio. L’ancienne Casa Turchetti ferme la cour avant à l’est, avec une fresque de dévotion sur le devant de la rue. En continuant vers le centre, après la Casa Miani Calabrese, nous nous trouvons près d’un élargissement, correspondant à l’emplacement de l’église du XVIe siècle de S. Giorgio, démolie au début du XXe siècle. Le plan de l’ancienne église a été récemment reconstruit avec des dalles de pierre. La voie romaine «Aquileia – Virunum», connue sous le nom de «Julia Augusta», passait autrefois près de l’ancien bâtiment. A proximité, nous pouvons admirer l’ancienne Casa Toneatti, qui conserve des fragments de fresques aux motifs géométriques sur la façade, les seuls présents dans la zone municipale. De l’autre côté de la route se trouve la Villa Daneluzzi Braida, avec un grand jardin plein de plantes centenaires, parmi lesquelles nous signalons deux chênes. Un portail voûté nous introduit dans la cour intérieure où, avec la résidence principale, se trouvent quelques cottages. Dans l’un d’eux est né Don Luigi De Biasio (1930-1993) historien et érudit des procès de l’Inquisition dans le Frioul. À l’intérieur de la cour,la famille Daneluzzi au 18ème siècleil a gardé des trouvailles romaines et aussi la colonne originale de la Berlina. Arrivés à l’intersection avec la route nationale 352, en continuant vers l’est, nous passons devant la colonne de la Berlina, l’une des rares restantes dans le Frioul; plus au sud se trouve encore la structure de la laiterie de quart, récemment rouverte avec la production de fromages de chèvre. Nous sommes situés près de la Roggia Brentana, l’ancienne place médiévale de la ville. Dans le passé, la route qui menait d’Aquilée à Udine passait le long du cours d’eau. Dans le nord, l’eau, il y a encore quelques années, déplaçait les meules du moulin de Birri, filmé dans le récent documentaire «Elegia Friulana» du réalisateur Fernando Birri.

Itinéraires culturels
1. Trivignano Udinese – Clauiano
Le petit village rural conserve encore les particularités architecturales inchangéesd’une réalité rurale dans le bas Frioul
2. Trivignano Udinese – Palmanova – Aquileia – Grado
Palmanova, ville en forme d’étoile, est une forteresse construite par les Vénitiens en 1593 pour défendre ses frontières orientales contre les invasions turques.
Visite du musée historique civique, des fortifications des remparts de la ville.
Aquilée, une ville fondée par les Romains en 181 av.
Visite de la basilique patriarcale, des fouilles romaines, du port fluvial, du musée archéologique national, du musée paléochrétien
Grado, anciennement le port d’Aquilée, préserve un centre historique incroyablement suggestif.
Visite de la basilique patriarcale, du musée lapidaire.
3. Trivignano Udinese – Udine – Cividale del Friuli
Udine, cité médiévale, conserve des témoignages artistiques de différentes époques.
Visite du château et du musée, de la Loggia del Lionello, de la galerie d’art moderne, des œuvres de Tiepolo.
Cividale del Friuli, une ville de fondation romaine, plus tard construite comme capitale de l’État lombard : Visite de la cathédrale, du musée archéologique national, des thermes romains, du temple lombard.
4. Trivignano Udinese – Gorizia – Redipuglia : Retracez les lieux de la Grande Guerre.
Gorizia: visite du château et du musée Borgo Castello de la Grande Guerre, à la synagogue.
Visite de Redipuglia au Mémorial et au Musée des morts, où sont enterrés 100 000 morts pendant la Première Guerre mondiale
5. Trivignano Udinese – S. Maria la Longa
Dans le petit village voisin de S. Maria la Longa, au revers de 1917, Giuseppe Ungaretti composa le fameux poème « Matin. Je m’éclaire d’immenses ».
Visite du monument dédié au célèbre poète-soldat qui est resté derrière le front dans la petite ville de S. Maria la Longa pendant la Première Guerre mondiale.

Patrick75   11 septembre 2014

Vie d’un homme. Poésie, 1914-1970 de Giuseppe Ungaretti

SOLILOQUE

L’amour que j’ai pour toi,

Amour, fait des miracles,

Et quand tu crois m’avoir fui,

Je te surprend, mon amour, qui te leurres,

La pureté revenue

M’illuminer les yeux

Laissez-vous séduire par Santa Maria la Longa et ses sites incontournables

Santa Maria la Longa Voyage: Coronavirus
La plupart des hôtels sur notre plate-forme proposent l’annulation gratuite. Pensez à effectuer une réservation remboursable plutôt que non remboursable. Il vous suffit pour cela de chercher la mention « annulation gratuite » pendant votre recherche. Les prix sont susceptibles de changer, mais en ces circonstances particulières, nous tenons à faire preuve de flexibilité.
.
Explorer une ville en vous promenant au hasard de ses rues, c’est sympa. Dresser une petite liste des choses à voir avant votre départ, c’est mieux ! Alors faites le plein d’inspiration pour vos vacances à Santa Maria la Longa grâce à nos astuces pratiques ! Oubliez le temps passé à feuilleter les guides touristiques ! Attrapez vos valises, sortez votre appareil photo de son tiroir et suivez les précieux conseils des habitants de la région pour découvrir toute la beauté de votre nouvelle destination.

Aéroports les plus proches de Santa Maria la Longa
Dès l’instant où vous atterrirez à Marco Polo (VCE), vous saurez que votre voyage à Santa Maria la Longa aura vraiment commencé. Du terminal, le centre du quartier sera à 90 km, ce qui reste relativement proche.

Palmanova (en frioulan : Palme) est une commune italienne d’environ 5 500 habitants située dans la province d’Udine, dans la région autonome du Frioul-Vénétie Julienne, dans le nord-est de l’Italie. La commune est célèbre pour sa forteresse dont le plan de base est ennéagonal et qui inspira de nombreux architectes militaires

Le 7 octobre 1593, le surintendant de la République de Venise crée un nouveau type de forteresse : Palmanova.
La date de la fondation de la ville commémore la victoire des forces européennes (notamment vénitiennes) sur l’empire ottoman lors de la bataille de Lepante. Le 7 octobre célèbre aussi le saint patron de la ville, sainte Justine.
Utilisant toutes les dernières innovations militaires du xvie siècle, la petite ville est une forteresse en forme d’étoile à 9 branches, conçue par Vincenzo Scamozzi. Entre les pointes de l’étoile, des bastions permettent à chaque pointe de défendre ses voisines. Un fossé entoure la ville, et trois grandes portes gardées en contrôlent les entrées.
Les fortifications extérieures sont complétées pendant la période napoléonienne.
De 1815 à 1866 la ville est sous domination autrichienne et est rattachée à l’Italie en même temps que la Vénétie et le Frioul occidental.
En 1960, Palmanova a été classée monument national et en 2017 au Patrimoine Mondial de l’Unesco.
«La nouvelle publication de la collection » Il porto sepolto « dans l’édition d’Udine de décembre 1916, puis imprimée à l’Établissement typographique frioulan, cent ans après son apparition, aujourd’hui avec la traduction en frioulan par Luca De Clara, est tout d’abord un hommage à Giuseppe Ungaretti, à la pertinence de son livre, à l’importance des 32 poèmes, pour la plupart courts, écrits sur de petites feuilles de papier pendant les moments de pause des combats et publiés avec la guerre toujours en cours, destinés à donner nouvelle adresse à la poésie italienne contemporaine. Publiée grâce à l’intérêt d’Ettore Serra qui avouera: « …