À une époque où la communication est primordiale, où la vitesse, les connexions rapides et les réseaux sont à l’ordre du jour, l’Angleterre ne peut plus être une île. L’Eurotunnel, l’un des projets architecturaux les plus risqués de l’histoire, traverse la Manche et met 3 heures pour aller de Paris à Londres.

L’histoire de l’eurotunnel

L’idée de relier la France et l’Angleterre par voie terrestre n’est pas nouvelle. Déjà à l’époque de Napoléon, on parlait d’un projet similaire, avec des galeries pavées qui permettraient à cet empereur de rejoindre l’autre côté du canal avec ses armées.

La reine Victoria et Harold Wilson ont également voulu réaliser ce projet. Il faudra cependant attendre l’époque de Margaret Tatcher et de François Mitterrand pour qu’elle devienne réalité.

La première conception du tunnel a été réalisée en 1984 et la conclusion des travaux a eu lieu exactement dix ans plus tard. Ce fut un long travail réalisé par des entreprises privées (Marubeni-Mitshubisi et l’alliance Kawasaki-Robbins) qui a coûté plus de 15 millions de dollars. En guise de récompense, ils ont conservé les droits d’exploitation jusqu’en 2052.

Ce tunnel de 50 km de long, dont 39 sont sous-marins, est le deuxième plus long tunnel sous-marin au monde après le tunnel Seikan. Son infrastructure comporte deux voies pour le transport ferroviaire et une troisième pour les véhicules électriques.

Un thème central de sa construction était la sécurité. À cette fin, des galeries transversales ont été construites pour relier les trois routes et empêcher la propagation de la fumée en cas d’incendie, ainsi que l’évacuation des personnes.

La naissance de l’eurotunnel

Malgré toutes les précautions et toutes les études réalisées, l’idée de voyager sous la mer a d’abord été rejetée par les Européens, principalement en raison d’une crainte générale d’attaques terroristes. En outre, d’autres objections ont été soulevées telles que les dommages écologiques infligés à la nature et l’ouverture d’un canal pour l’immigration clandestine.

Ce sont, entre autres, les raisons pour lesquelles les collections des premières années n’ont pas été à la hauteur des attentes. La demande a été moins importante que prévu et n’a même pas atteint le quart. Les pertes économiques étaient présentes et le groupe de la société Eurotunel a dû repenser sa stratégie pour pouvoir aller de l’avant. Ils ont décidé de créer le tunnel sous la manche qui relie la France et l’Angleterre.

À partir de 1998, l’entreprise a commencé à faire de petits bénéfices et à voir la lumière à la sortie du tunnel, comme l’ont souligné ses dirigeants. Actuellement, plus de 20 millions de personnes passent par le tunnel et ce nombre augmente d’année en année. Ce fut l’histoire de l’Eurotunnel maintenant appelé le Shuttle, le tunnel sous la manche qui relie la France et l’Angleterre.