Le roman intitulé « De grandes espérances », « Great Expectations » en anglais, de l’auteur Charles Dickens est considéré comme l’un des plus populaires de l’histoire de la littérature anglaise. Il est quelque peu atypique par rapport à d’autres œuvres qu’il a écrites. L’histoire a été publiée en plusieurs épisodes entre 1860 et 1861. C’est le 13ème roman et le troisième par ordre chronologique de l’auteur anglais.

Les grandes espérances, le résumé et l’intrigue du livre

Dickens, avec le talent qui le distingue dans l’écriture et la caractérisation des personnages, raconte l’histoire de Pip (Philip Pirrip), un jeune orphelin de dix ans qui vit avec sa soeur et son mari Joe dans un petit village du Kent, dans le Sud-Est de l’Angleterre.

Un soir de Noël, le jeune garçon rencontre accidentellement un prisonnier qui s’est échappé de la prison qui n’est pas très loin. Le forçat exige alors de lui une lime pour briser ses chaînes et un peu de nourriture, car il a faim. Pip accepte de l’aider, mais le fugitif est arrêté et remis en prison.

Quelques années plus tard, Pip se fait engager pour travailler dans une élégante maison du village : la Satis House, appartenant à la riche Miss Havisham. Il tombe amoureux de sa fille adoptive Estella. Issu d’une famille ouvrière modeste, le garçon commence alors à rêver de devenir un gentleman afin de pouvoir un jour gagner le cœur de la jeune fille et ainsi construire sa vie auprès d’elle. Mais les chemins des deux jeunes gens finissent par être séparés, à la demande de Miss Havisham qui demande à Joe, le beau-frère, de prendre Pip comme apprenti dans son atelier tandis que Estella quitte Satis House pour Londres.

Quatre années passent puis le jeune Pip se retrouve avec un grand héritage de la part d’un bienfaiteur secret. Mais pour y accéder, il devra quitter sa ville natale pour Londres où il pourra parfaire son éducation et s’élever dans la société. Il y retrouvera Estella, dont il est toujours amoureux, qui reste glaciale face à lui. Vivant la vie des jeunes londoniens, il dépense sans compter et s’éloigne de plus en plus de sa famille.

Un soir, son bienfaiteur apparaît au pas de sa porte. Il s’est avéré qu’il s’agissait du forçat qu’il avait aidé à s’évader dans son enfance : Abel Magwitch, qui se fait maintenant appeler Provis. Et là encore, sa vie va basculer, puisqu’il apprend de Provis qu’il cherchait à fuir ses anciens complices et que sa fortune venait d’un vol qu’ils avaient perpétré des années plus tôt auprès d’une riche femme : Miss Havisham, qui était fiancée à l’un des prisonniers. Pip tente alors d’éloigner Provis de sa vie, mais ce dernier finit par retrouver Compeyson, ancien fiancé de Miss Havisham et complice, et le tue. Il se retrouve de nouveau en prison où il mourra, non sans avoir appris à Pip qu’il avait une fille, mariée et vivant à Paris : Estrella.

Criblé de dettes et sans le sou, Pip rentrera dans son village natal où Joe, son beau-frère, payera ses créanciers. Il s’exilera ensuite en Egypte pour travailler avec l’un de ses amis pour rembourser Joe et pour gagner sa vie. Il finira par revenir dans son village natal où il retrouvera Estella à Satis House, pour qui il ne ressentira plus que de l’amitié.

Deux fins alternatives

L’auteur avait prévu deux fins différentes pour son œuvre « De grandes espérances ». Dans les deux cas, il s’agissait de la rencontre entre Pip et Estella après toutes ces années : la fin révisée est celle que nous connaissons ci-dessus.

Dans la plupart des éditions publiées, la fin originale a été incluse, celle dans laquelle les deux se sont revues par hasard. Estella, après la mort de son premier mari, s’est remariée avec un médecin. Pip se dit heureux alors de constater que la jeune femme n’est plus la « fille au cœur de glace » qu’il avait connue.

Commentaire sur les travaux

La pointe d’ironie de Dickens donne à ce roman des petites pointes d’humour. L’auteur a réussi à créer des personnages qui ne s’oublient pas facilement, même si parfois ces descriptions et l’intrigue provoquent un certain ralentissement de la lecture.

L’histoire racontée par Dickens, bien qu’originale et certainement méritante à bien des points de vue, ne réserve pas de rebondissements aux lecteurs, ce qui la pénalise beaucoup. Surtout, elle ne convainc pas ceux qui sont habitués à des lectures plus modernes et donc pleines de suspense.

Au-delà des critiques subjectives, Great Expectations est une lecture à laquelle tout le monde devrait se livrer : la raison en est que nous avons affaire à l’un des plus grands classiques de la littérature.

Curiosité : un livre très cité

Confirmant l’importance en littérature du roman de Dickens « Great Expectations », on retrouve sa présence sous forme de citation dans plusieurs ouvrages modernes : films, séries télévisées, livres et chansons. Par exemple, le livre est mentionné à plusieurs reprises dans le roman « Le jeu de l’ange », de Carlos Ruiz Zafón.

La figure d’Estella est mentionnée dans la chanson All I Really Want d’Alanis Morissette.

Dans le film P.S. I Love You, la protagoniste dit vouloir vivre comme Miss Havisham (une vieille fille, recluse par choix, perpétuellement vêtue d’une robe de mariée).

Parmi les séries télévisées qui mentionnent ou détournent le livre ou ses personnages figurent Pretty Little Liars (Saison 1, Ep. 9) ; South Park (Saison 4, Ep. 14) ; I Griffin (Saison 3, Ep. 19).

Résumé : autres travaux de Dickens

Si vous avez apprécié ce livre, nous vous proposons d’autres œuvres du même auteur, bien connus : Oliver Twist (1838), David Copperfield (1850), Le Mystère d’Edwin Drood (1870) et bien d’autres encore.