La crise des médias et du journalisme

Le secteur du journalisme et des médias connait une crise grandissante qui touche aussi bien les grands cadres que les travailleurs d’un niveau hiérarchique inférieur. Patrick Bezier s’est alors penché sur la question en essayant tout au long de sa carrière de proposer des solutions innovantes afin d’éviter aux salariés de la culture, le gouffre économique dans lequel ils semblent s’enliser.

Les contours de la crise du journalisme et des médias

On parle de crise qui touche aussi bien le secteur de la presse que celui de ses actants. Cette difficulté n’a fait qu’empirer avec l’avènement d’internet. Les informations sont alors devenues gratuites et les habitudes ont été modifiées. Rares sont ceux qui continuent à lire un journal mis à part dans une salle d’attente de dentiste.

Les outils digitaux ont volé la vedette aux célèbres journaux locaux et régionaux. Au lieu de s’adapter aux exigences du nouveau millénaire, le journalisme a continué à se défendre sans parvenir à aucun résultat. Cette crise est d’autant plus grande qu’elle touche désormais les travailleurs dans le domaine du journalisme et de la presse écrite.

Exerçant dans un secteur en chute libre, ils voient leurs intérêts non protégés, d’où l’importance de la couverture sociale apportée par Patrick Bezier.

Défendre la liberté de la presse pour survivre à la crise

Patrick Bezier a vite compris que pour, protéger les journalistes, il fallait protéger leurs idées et, par-dessus tout, leur liberté d’expression. En 2009, les forçats de l’info se sont élevés contre les conditions de travail qui limitaient leurs droits et les empêchait de bénéficier d’une couverture sociale aussi efficace que celle des autres domaines d’activité.

Après s’être retrouvés dans une condition professionnelle plutôt délicate, les travailleurs dans le domaine du journalisme avaient fortement besoin d’une structure de protection qui leur est destinée. C’était le seul moyen pour eux de continuer dans ce secteur. Et c’est là qu’apparait le rôle prépondérant exercé par Patrick Bezier à travers le groupe Audiens.

Audiens : une protection sociale pour le domaine de la culture

Le groupe a été créé en 2003. Il faudra attendre une quinzaine d’années plus tard pour voir les résultats de l’approche concrétisée par Patrick Bezier. Une couverture sociale a alors été mise en place pour les travailleurs dans le secteur des médias et du journalisme.

En s’assurant de fournir à ces professionnels une protection sociale qui tient compte de leurs intérêts en tant qu’individus et citoyens contribuant la pérennité de la culture en France, P. bezier garantit, non seulement le maintien de secteur, mais il parvient aussi à placer la culture sur le piédestal qui lui est normalement destiné.