William Shakespeare (1564-1616) est l’un des personnages connus dans le monde entier non seulement pour leur compétence incontestable, mais aussi pour la dose d’incertitude qui définit mal leur existence de mortel et qui les inscrit inévitablement dans le mythe. Lorsqu’il arrive à Londres en 1592, le succès au théâtre et la renommée du célèbre dramaturge anglais sont à leur apogée : des opéras comme Henry V remplissent les théâtres de tout Londres, y compris l’historique Globe Theatre, le théâtre élisabéthain construit en 1599. Dans cet article, nous allons réfléchir à l’identité de Shakespeare, aux illations qui verraient ses pièces attribuées à d’autres.

Il est possible de consulter tous les détails de la vie de William Shakespeare et de retracer son histoire et le passé de ses succès grâce à l’une des nombreuses publications biographiques du poète anglais, mais combien d’entre elles tiennent compte des illogismes et des contradictions liés à sa vie, à son histoire et à sa biographies ?

Les Baconiens

William Shakespeare est mort à Stratford-upon-Avon le 23 avril 1616, une épitaphe sur sa tombe préserve sa mémoire et avertit le visiteur de ne pas déranger les restes terrestres du barde, provoquant même une malédiction pour ceux qui ont osé le faire.

Nous ne saurons jamais si cette malédiction aurait pu être considérée comme applicable également à tous ceux qui auraient mis en doute l’existence de William Shakespeare au cours des siècles suivants, créant en fait ce lien complexe de théories et de conjectures connu sous le nom de « bardolâtrie ». En 1623, sept ans après sa mort, le souvenir de William Shakespeare fut à nouveau ravivé par une pierre commémorative dans l’église paroissiale de Stratford-upon-Avon, une stèle dans laquelle il était représenté comme un marchand commun.

Un siècle plus tard, la mémoire de Shakespeare revient dans le comté de Warwickshire avec l’arrivée du prélat James Wilmot, grand amateur de Shakespeare et de Francis Bacon. Le prélat, après avoir émis des doutes sur la paternité des œuvres de Shakespeare, en est venu à la conclusion que cela lui valait le surnom de « Baconien » dans un article du  »Times » du 25 février 1932 : l’auteur des œuvres communément attribuées à William Shakespeare était certainement un homme d’une grande intelligence et d’une vaste culture, des conditions qui suggéreraient naturellement la présence d’une grande bibliothèque remplie de documents, de livres et de manuscrits autographes, preuves jamais trouvées ; l’auteur des chefs-d’œuvre de Shakespeare aurait été en fait, selon les hypothèses du prélat, Francis Bacon (italianisé : Francis Bacon), le philosophe, homme politique, juriste et essayiste anglais.

Cette théorie a eu de nombreux opposants : selon les chercheurs canoniques, fonder une croyance aussi considérable sur l’absence de la collection de livres ou de la bibliothèque shakespearienne était une hypothèse trop risquée, car le noyau de ladite bibliothèque pourrait se désagréger en cinquante ans, ne laissant aucune trace et se retrouvant entre les mains d’acheteurs involontaires ; De plus, la psychologie qui se dégage des grandes œuvres de la littérature universelle de Shakespeare, c’est-à-dire la sensibilité presque enfantine d’un homme romantique, contraste fortement avec celle du froid et calculateur Francis Bacon, capable d’accuser et de provoquer la mort de son ami et rival le comte Essex, de l’accuser à tort de trahison et d’assurer sa position de chef du barreau de la cour anglaise, sous le règne d’Elizabeth I.

En 1867, la théorie baconienne a acquis des implications fascinantes avec la découverte du manuscrit de Northumberland : « il était clair que le livre avait appartenu à Francis Bacon, du moins il contenait une copie de ses œuvres. […] sur la couverture était écrit « Mr. ffrauncis Bacon » et le mot « Nevil », répété deux fois sur le côté. Juste en dessous se trouvaient les mots « Ne vele velis », la devise familiale de Sir Henry Nevil, le neveu de Bacon », un aspect intéressant si l’on considère que le nom de Bacon lui-même est similaire à celui de Shakespeare et même ambiguement proche des titres des pièces de Shakespeare, définissant de manière décisive le lien entre Bacon et le barde.

Il est essentiel de rappeler que l’une des tâches confiées à Francis Bacon, à la cour de la reine Elizabeth, était de passer au crible, d’approuver et de censurer les textes théâtraux et il n’est donc pas surprenant que les deux noms soient proches l’un de l’autre sur un document qui témoigne que celui qui a exercé les fonctions de conseiller privé de la reine avait lu les Richard II et Richard III de William Shakespeare.

L’identité de Shakespeare selon Orville Ward Owen

Le Dr Orville W. Owen de Detroit était un autre Baconien aux idées bizarres, une singularité qui l’amena à prétendre avoir réussi à extrapoler du célèbre manuscrit de Northumberland un long message secret en vers libres qui l’invitait à « démembrer les livres de Bacon et les œuvres de Shakespeare en pages détachées pour les appliquer sur la circonférence d’une roue ».

Après une procédure effroyablement compliquée, Orville en arriva à des conclusions alarmantes et inconfortables : Bacon devait être le fils de la reine Elizabeth et de son amant, le comte de Leicester. Orville a poussé sa passion bien au-delà des limites du raisonnement, même en supposant l’existence de manuscrits secrets enfouis dans le sol près de la rivière Severn.

Pendant une quinzaine d’années, le Dr Orville, soutenu par une longue lignée d’adeptes, a creusé des centaines de trous dans le sol à la recherche de mystérieuses traces et de manuscrits, évidemment sans succès. La biographie ou l’identité de cet écrivain célèbre et acteur anglais se heurte aux visages de nombreuses personnes célèbres : un nombre croissant de théories attribuent la paternité des œuvres de Shakespeare (œuvres de la littérature) à William Stanley, Christopher Marlowe, Edward de Vere et bien d’autres. Mark Twain a défini et ridiculisé la vague d’opinions improbables qui a balayé son siècle et le précédent, avec son humour bien connu et mal dissimulé dans « Shakespeare est-il mort ?

Les biographes supposent que ce dramaturge a acquis ses connaissances approfondies du droit et sa parfaite maîtrise des manières, du jargon et des coutumes des avocats après avoir été brièvement greffier au tribunal de Stratford ; tout comme si un jeune homme intelligent comme moi, élevé dans une petite ville sur les rives du Mississippi, pouvait acquérir une parfaite connaissance de la chasse à la baleine dans le détroit de Behring et du jargon des vétérans en passant quelques dimanches à pêcher le poisson-chat. Malgré le grand nombre de théories, la vérité est encore trop lointaine et, comme dans une vision « au télescope inversé », elle le sera très probablement pour toujours.