Après la chute de Napoléon Bonaparte, les puissances victorieuses (Angleterre, Autriche, Prusse et Russie) se sont réunies à Vienne pour établir le nouvel ordre politique de l’Europe. Le Congrès de Vienne s’est ouvert le 4 octobre 1814 et s’est terminé le 9 juin 1815. L’Autriche obtient les territoires de l’ancienne République de Venise et l’hégémonie sur toute l’Italie du centre-nord, tandis que le Royaume de Sardaigne est incorporé à la Savoie et à Gênes.

Période de la Restauration

Pendant la période de la Restauration, jusqu’à la promulgation des édits de 1847-48, il n’y avait pas de journalisme politique en Italie. Dans les capitales et dans les grands centres urbains de chaque État, les souverains et gouvernements restaurés publiaient un journal officiel « privilégié », intitulé « Gazzetta », où étaient publiées les lois et autres actes de gouvernement, un bulletin d’information aride et manipulé. Si d’autres périodiques sortent, ils ne peuvent pas s’occuper de politique. Milan confirme son rôle de capitale culturelle et journalistique, même si le panorama journalistique est plein d’ombres. Les choses sont meilleures pour les magazines de variétés (Corriere delle Dame), facilitées par les illustrations. La fiche officielle du Lombardo-Vénétie est la « Gazzetta di Milano » compilée par Francesco Pezzi. Il s’agit d’une feuille aride mais très répandue, car toutes les municipalités doivent y souscrire. La nouveauté la plus intéressante à Milan est une revue mensuelle promue par les Autrichiens en 1816, « La Biblioteca italiana », avec une empreinte classiciste : le but des Autrichiens est de gagner la sympathie du monde intellectuel. En 1818 naît le « Conciliateur » promu par un cercle de jeunes romantiques dont Silvio Pellico et Giovanni Berchet, d’empreinte libérale. La feuille bleue a suscité la réaction de la « Bibliothèque italienne » et, après une injonction adressée à Pellico, la société « Conciliatore » a décidé de la fermer. La situation est pire dans l’État sarde, qui comprend Gênes, et dans l’État pontifical, où la censure ecclésiastique domine. Mais la situation a changé avec les soulèvements des Carbonaris en 1820-21. Les noyaux carbonari de Romagne et de Napoléon ont réussi à faire circuler des feuilles de papier clandestines, imprimées à la main ou même des manuscrits, dans lesquels ils proclamaient la guerre aux prêtres et au pouvoir temporel du pape et demandaient la liberté et l’unité sous une monarchie constitutionnelle. A Florence, en 1821, naît « L’Antologia », une revue de sciences, de lettres et d’arts. Son fondateur était Gian Pietro Vieusseaux, un riche marchand et homme cultivé, avec lequel Mazzini a collaboré. A Gênes aussi, il y a un certain réveil avec le « Corriere mercantile » fondé par le marchand Luigi Pellas. C’est un magazine bi-hebdomadaire d’actualité sur les marchés et le mouvement du port. Sur le plan politique, une véritable nouveauté est « L’Indicatore genovese », né en 1828, auquel Mazzini et ses amis donnent des accents polémiques à l’égard des conservateurs et des réactionnaires. Il arrive cependant qu’au bout d’un an, le papier soit interdit par les autorités, alors Mazzini collabore avec « L’Indicatore livornese », fondé en 1829 par Guerrazzi. Un nouveau resserrement des freins dans différents États italiens est en cours pour la presse. Parmi les victimes de cette nouvelle situation figure « L’Antologia », que le Grand-Duc de Toscane a supprimé. Dans le royaume de Sardaigne, où Charles Albert monta sur le trône en 1831, la censure s’intensifia. Mazzini, qui a rejoint la Carboneria en 1830, a été arrêté en novembre 1830 et contraint à l’exil. À Marseille, en 1831, il a fondé « La Giovane Italia », une organisation révolutionnaire secrète à programme unitaire et républicain, ainsi qu’une revue du même nom, avec laquelle il voulait éduquer le peuple aux idéaux d’unité, d’indépendance et de république.

À Turin, journalisme risorgimento

À Turin, Carlo Alberto lui-même a décidé de transformer la « Gazzetta piemontese », qui est passée de trois semaines à un quotidien. Le rédacteur en chef est Felice Romani, mais la véritable nouveauté est celle de l’imprimeur-éditeur Giuseppe Pomba, qui a demandé au souverain d’introduire à Turin la machine à imprimer à double cylindre actionnée par la vapeur. Le périodique le plus important de Pomba est le « Teatro Universale », une collection encyclopédique et scénographique et chaque numéro est composé de 16 pages dans un format similaire à celui du tabloïd. En 1847, Pie IX publie un édit qui n’ouvre qu’une lueur d’espoir, car il se limite à simplifier les procédures de censure, en les confiant à des hommes plus tolérants. Après presque deux mois, le Grand-Duc de Toscane promulgue lui aussi un édit similaire et, entre-temps, Carlo Alberto accepte les exigences des réformateurs et assouplit la censure civile, abolit la censure ecclésiastique sur la publicité qui ne concerne pas la religion. Le résultat de cette nouvelle ouverture est la naissance de deux journaux : « Il Risorgimento », d’empreinte modérée, organisé par Cavour et l’autre est le « Concordia » (démocratique), créé par Valerio. Les soulèvements et les troubles qui secouent le royaume des Deux-Siciles obligent Ferdinand II à accorder la constitution. À l’instar du roi Ferdinand II, le grand-duc de Toscane, le roi de Sardaigne et le pape ont accordé les statuts à leurs sujets. En 1848 furent promulgués le Statut Albertin et l’Édit sur la presse, règles qui eurent une importance fondamentale dans les événements de la presse, car elles restèrent en vigueur, avec de légères modifications, même après l’unification de l’Italie. Dans le climat de la guerre d’indépendance (le 23 mars 1848, Carlo Alberto déclare la guerre à l’Autriche), « La Gazzetta del Popolo », créée par Giovan Battista Bottero, paraît à Turin ; d’empreinte libérale, elle contient les principales nouvelles du matin et est distribuée chaque jour à une heure précise, s’adressant à un public populaire. Naples et Palerme ont battu le record du nombre de titres parus au cours des deux années révolutionnaires, avec plus de 130 à Naples et 140 à Palerme. Après la défaite de Novare, qui a vu les Piémontais vaincus par les Autrichiens, l’absolutisme est tombé sur tous les États italiens, à l’exception du royaume de Sardaigne. À Turin et à Gênes, la liberté de la presse est encore assez grande. De nombreux patriotes de toutes les régions d’Italie se réfugient à Turin, où l’hégémonie libérale de Cavour gagne du terrain. Et toujours à Turin, en 1854, 13 journaux ont été publiés. Parmi eux, les plus répandus sont : la « Gazzetta del Popolo » et « L’Opinione », tous deux soutenant Cavour. En 1852, Cavour, après la démission du ministère d’Azeglio, devient président du Conseil des ministres. Fin 1852, la liaison entre Turin et Paris est activée avec le télégraphe électrique (Samuel Morse), ce qui permet de recevoir rapidement des informations de Paris et d’autres capitales liées à Paris. L’idée de doter la capitale du royaume de Sardaigne d’une agence moderne est venue de Cavour. Le journaliste Guglielmo Stefani a été choisi comme directeur de la « Gazzetta Piemontese ». La société a été fondée le 25 janvier 1853. La politique répressive de l’Autriche en Lombardie-Vénétie devient particulièrement sévère. La « Gazzetta di Milano », le quotidien officiel du gouvernement, est publié régulièrement. Il y a aussi quelques nouvelles milanaises, comme l’hebdomadaire « Nuovo Emporio », basé uniquement sur des reportages, et des hebdomadaires littéraires humoristiques : « L’uomo di pietra », le « Pungolo » de Fortis et le « Crepuscolo » de Tenca. À cette époque, le journalisme s’est développé avec une forte connotation politique et est principalement pratiqué en tant qu’activité politique. La figure du journaliste a commencé à prendre ses propres traits, cependant, l’engagement politique prime sur l’engagement professionnel. Bref, la liberté de presse du Royaume d’Italie reste une partie intégrante de l’historique nationale. Elle était utilisés par la famille royale italienne non pour la nouvelle mais pour la diffusion des lois. L’histoire de l’Italie reste risorgimento pendant le siècle. La politique italienne à l’état pur. Le royaume entre en guerre avec le monde et une nouvelle dans le journal international et de la nation apparait dans le journalisme risorgimento.