À partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, un nouveau mouvement artistique-littéraire commence à se répandre dans tous les pays européens : les Lumières. L’idée de base était que la raison pouvait éclairer, d’où le mot « Lumières », les ténèbres de l’ignorance et de la superstition qui, au temps de l’absolutisme, se répandaient en Europe. Les idées des Lumières étaient assez révolutionnaires. Pour la première fois, il a été question de liberté, d’égalité, de progrès et de recherche libre. Ces idées bouleversent tous les domaines de la connaissance : la science, la littérature, l’art, la peinture et l’architecture. 

D’où vient la Lumières dans l’art?

L’esprit critique du Siècle des Lumières a investi avant tout l’histoire et les arts figuratifs. Dans cette période historique, l’histoire de l’art est née comme une discipline. En fait, les formes classiques de l’art grec ont été prises comme modèle, simple et clair par opposition aux formes pompeuses et raffinées du baroque. Le baroque avait jusqu’alors dominé la scène. Les publications de l’Allemand Johann Winckelmann, telles que la « Réflexions sur l’imitation d’œuvres grecques en peinture et sculpture »(1755), sont fondamentales. Winckelmann a initié l’étude de l’histoire de l’art comme sujet et surtout son intérêt pour l’art classique.

L’essor du néoclassicisme

C’est précisément à partir de ces prémisses qu’est né le néoclassicisme, courant artistique qui s’est répandu à la suite du Siècle des Lumières. Le terme n’a été adopté pour la première fois qu’à l’époque romantique, en 1880, pour désigner de façon péjorative un courant qui avait d’abord été élaboré sur le papier puis mis en pratique. Pour la première fois, avec le néoclassicisme, ce ne sont pas les artistes italiens qui sont au premier rang mais des collègues européens, notamment français et anglais. Tout a commencé en France. Les Académies de peinture sont nées : les peintres ne sont plus formés par les maîtres d’atelier mais directement en leur sein. En général, la peinture du XVIIIe siècle s’est surtout concentrée sur des vues de villes (le Vedutismo est né, dont Canaletto, un peintre italien, était l’un des principaux représentants), des portraits, des natures mortes ou des scènes de ville qui reflétaient la réalité telle que les artistes la voyaient, suite au besoin des Lumières d’enquêter sur la société à partir de la vie. Les arts figuratifs ont été profondément affectés par ces changements. En conséquence, les goûts du public ont changé et, surtout, les relations entre les classes sociales ont changé. L’importance a été donnée au goût de la bourgeoisie, qui est devenue la classe dominante. Un rôle social important a été donné à l’art, reprenant le même concept que celui valable pour les Grecs anciens : l’art est redevenu considéré comme fondamental pour la formation de l’individu.

L’évolution des artistes néoclassiques

Il est impossible de ne pas mentionner le plus important artiste français actif à cette époque : Jacques-Louis David, érudit de l’ancien et auteur de quelques tableaux très importants tels que « Le serment d’Horace » (1784), « Marat assassiné » (1793), « Sappho et Faon » (1809). Avec lui, le style classique est devenu le style Empire par excellence, car il a travaillé pour Napoléon Bonaparte. Une génération d’artistes s’est formée autour de David qui a contribué à diffuser son style à travers l’Europe. En Italie, le style néoclassique s’est imposé plus lentement que dans les autres pays européens. Cependant, les artistes exceptionnels ne manquaient pas dans ce domaine. Parmi les peintres néoclassiques, on se souvient d’Andrea Appiani et parmi les sculpteurs, d’Antonio Canova. La première, milanaise, s’est conformée au nouveau style de peinture et s’est occupée en particulier de la nature et des figures mythologiques. Le second a pu au contraire absorber toutes les nouveautés des théories de Winckelmann et devenir celui qui allait changer à jamais la sculpture italienne. Canova choisit presque toujours des sujets mythologiques pour ses sculptures. Parmi ses œuvres les plus importantes, on peut citer Dédale et Icare (1778-1779, inspiré par l’histoire d’Icare), Amour et Psyché (1786-93), inspiré par le mythe du même nom, Apollon se couronnant (1781-82). La force des sculptures de Canova réside dans leur simplicité, dans la grâce qui se reflète pleinement dans la devise de Winckelmann : simplicité noble et grandeur tranquille. Les changements de goût, cependant, ont certainement été lents car le passage de l’excès baroque au calme néoclassique a pris beaucoup de temps. Ce nouveau courant artistique a profondément influencé l’art ultérieur, impressionnant un signe et un goût que l’on peut encore distinguer aujourd’hui.