En effet, Richard Wagner est un célèbre compositeur et musicien allemand. Au cours de sa brillante carrière, il a créé diverses œuvres musicales et un genre lyrique d’une profondeur considérable, très apprécié du public. L’un de ses opéras les plus célèbres est « Le Hollandais volant » (également connu sous le nom de « Le bateau fantôme »), créé à Dresde le 2 janvier 1843.

Avec cette œuvre, le musicien allemand brise le moule de la tradition : le Hollandais volant est écrit en un seul acte, bien qu’il soit généralement présenté au public en trois actes. Comme dans d’autres œuvres du même auteur, le sujet principal est l’amour, un sentiment si noble qu’il devient un véritable moyen de rédemption.

D’autres éléments nouveaux présents dans l’œuvre wagnérienne sont l’abolition presque totale des « formes fermées » et l’apparition des premiers leitmotivs, des mélodies particulières qui servent à mieux caractériser les personnages et les situations, et qui sont concentrées dans la phase d’ouverture de l’œuvre. La musique coule sans interruption, et c’est précisément cette particularité que le public apprécie.

L’opéra de Richard Wagner suit un schéma cyclique, dans lequel la fin de l’histoire est liée à la partie initiale de manière linéaire et lisse, sans entraves ni forçages. Il s’agit d’une séquence bien articulée de scènes dramatiques dans laquelle la musique rend tout plus agréable. Le spectateur est captivé par les personnages et s’immerge facilement dans leurs histoires et leurs vicissitudes.

L’histoire

Selon Wagner, l’opéra est en partie inspiré d’un voyage qu’il a réellement effectué durant l’été 1839, au cours duquel il a été pris en mer par une furieuse tempête. Le reste, bien sûr, est de la fantaisie, même si l’histoire est entrée de plain-pied dans les légendes qui sont racontées dans les pays d’Europe du Nord. L’histoire, qui se déroule sur une côte de Norvège, a pour protagoniste un capitaine nommé Daland, qui, alors qu’il rentre chez lui à bord de son navire, est contraint de se réfugier sur le rivage en raison d’une tempête soudaine et violente.

À un certain moment, sur le parcours du navire, un bateau fantôme noir aux voiles rouges apparaît, d’où descend un homme habillé de noir et au visage pâle, qui commence à raconter son histoire à l’équipage de navire. Protesté par les difficultés et la peur pendant la tempête, l’homme avait maudit Dieu pour son malheur, et pour cette raison il avait reçu une punition : naviguer sans but pour le reste de sa vie.

Cependant, un ange lui apparaît et lui annonce qu’il ne pourra être libéré de son triste sort que si, une fois ramené sur la rive tous les sept ans, il trouve une femme qui lui sera fidèle pour toujours. Comme le capitaine Daland a une fille de l’âge de son mari, appelée Senta, le fantôme n’hésite pas à la demander en échange d’or et d’autres objets précieux. Daland accepte volontiers la proposition. Le retour du navire est célébré par des danses et des chants. Senta est contrainte de rompre sa promesse de fidélité à son fiancé, le chasseur Erik, qui tente en vain de la détourner de son intention d’épouser Daland.

Surpris par une tempête sur le point d’avaler le navire, les marins norvégiens sont terrifiés et tentent de s’échapper. Erik atteint Senta et lui demande de ne pas renoncer à leur amour. Mais les deux sont surpris par le capitaine Daland qui, se sentant trahi par sa fiancée, ordonne à l’équipage de mettre les voiles. Faute de pouvoir l’arrêter, Senta se sacrifie en sautant par-dessus bord, brisant à jamais la malédiction du Hollandais volant, qui est ainsi sauvé par le dévouement d’une femme.

La légende du vaisseau fantôme

La légende du Hollandais volant, le bateau fantôme qui erre sans but sur les mers parce que le mauvais sort ne lui permet pas de rentrer chez lui. L’équipage est composé de marins fantômes qui tentent désespérément d’entrer en contact avec le continent. L’histoire légendaire a également été reprise, après Wagner, par l’écrivain Washington Irving en 1855. Certains disent avoir vu ce navire errer sans but, enveloppé de brouillard.

Selon certains chercheurs, cette vision lugubre pourrait être due à une illusion d’optique, la même que celle qui se produit dans les endroits ensoleillés ou sur les routes goudronnées brûlées par les rayons du soleil en été, et qui nous fait croire que nous voyons des objets se déplacer à l’horizon. Ce mirage est également appelé « la fée Morgane ». Ce phénomène donne l’illusion de voir les objets comme s’ils s’effaçaient : en réalité, il n’est que le résultat de la réflexion des rayons du soleil.

Par conséquent, l’histoire du grand compositeur et musicien Allemand, et l’histoire légendaire du Hollandais volant Wagner sont fût une histoire marquante et dramatique, que les spectateurs s’intègrent et vivent réellement dans cette l’histoire légendaire.