Olympie, située dans la partie nord-ouest du Péloponnèse en Grèce, est aujourd’hui un site archéologique fascinant d’une importance considérable, étant le lieu qui a vu naître l’un des plus grands événements sportifs de la planète aujourd’hui. Il comprend les vestiges des lieux utilisés pour la préparation et la célébration des Jeux olympiques, des temples, des théâtres et des monuments antiques. En 1989, il est devenu un site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les anciens jeux olympiques

Les Jeux Olympiques de l’Antiquité sont une célébration sport-religieuse qui se tient à Olympie en l’honneur de Zeus, dieu grec du ciel et du tonnerre, roi et père des dieux, souverain de l’Olympe. Et c’est ici, en 776 avant J.-C., qu’une liste est dressée pour la première fois : les premiers vainqueurs des premiers Jeux olympiques dont la mémoire écrite est préservée.

Le terme « Jeux olympiques » est généralement utilisé pour désigner les jeux eux-mêmes, bien qu’à tort, car il indique en fait le temps qui s’écoule entre deux célébrations des Jeux olympiques, c’est-à-dire quatre ans.

Seuls les Grecs libres qui pouvaient se vanter d’avoir des ancêtres grecs étaient autorisés à participer aux jeux, qui ne concernaient au départ qu’une seule race, le Stadion.

D’autres concours sont ajoutés ultérieurement :

– Diaulos, course de double distance du Stadion ;

– Dolicos, course d’endurance ;

– Pugilato ;

– Lotta ;

– Pancrazio, art martial dans lequel l’utilisation de techniques telles que : trébuchements, coups de poing, coups de pied, genoux, coudes, ongles, techniques de bris de doigts, morsures, possibilité d’étouffer l’adversaire ;

– Le pentathlon, qui comprend le saut en longueur, le lancer du javelot, le lancer du disque, la course à pied, la lutte ;

– Hoplitodromos, corsa con le armi ;

– Les courses équestres, qui comprennent les courses de chars et de chevaux.

La durée des Jeux est de sept jours. Les gagnants des concours sont loués dans des poèmes, immortalisés dans des statues et ornés d’une couronne d’olivier. En outre, pendant la durée des Jeux et dans toute la Grèce, tout type de conflit, d’hostilité ou de guerre est suspendu : cette trêve est appelée Ekecheiria, dans laquelle personne ne peut être dérangé ou attaqué, en particulier les athlètes et les spectateurs qui se rendent à Olympie et traversent les territoires ennemis.

La puissance de l’empire romain sur la Grèce introduit la possibilité de participer aux jeux également pour les Romains, les Phéniciens et les Gaulois. La reconnaissance du christianisme comme religion officielle a entraîné l’interruption des jeux lorsque, en 393 après J.-C., l’empereur Théodose Ier et l’évêque de Milan Ambroise les ont interdits parce qu’ils étaient considérés comme une fête païenne.

Jeux olympiques modernes

Après 1500 ans d’interruption, Pierre de Coubertin, pédagogue et historien français, a fondé le Comité international olympique en 1894 dans le but de promouvoir la paix et la compréhension entre les peuples par le sport. Sa proposition est accueillie avec enthousiasme : les Jeux Olympiques sont réintroduits en 1896.

Certaines règles sont modifiées : la possibilité de participation des femmes (depuis 1900) et des athlètes du monde entier, la tenue des jeux dans différents pays et l’interdiction de participation pour les professionnels. Cette dernière règle a été abolie dans les années 1990.

La ville désignée pour les premiers Jeux olympiques modernes est Athènes, en Grèce. Le 6 avril 1896, dans le stade Panathinaïko, le seul au monde à avoir été construit avec du marbre pentelloïde, a eu lieu la cérémonie d’ouverture des premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne. Les Jeux ont été officiellement ouverts par le roi George Ier de Grèce qui, devant une foule de 80 000 personnes, a prononcé ses mots « Je déclare ouverts les premiers Jeux olympiques internationaux d’Athènes. Vive la nation, vive le peuple grec », avec les athlètes regroupés et alignés par nation.

Il existe 43 compétitions couvrant neuf sports : athlétisme, cyclisme, gymnastique, lutte, natation, escrime (le seul sport auquel les professionnels ont le droit de participer), haltérophilie, tennis, tir. 341 athlètes de 14 pays y participent.

Les compétitions durent 10 jours, pendant lesquels la capitale grecque est ornée de lanternes et de lumières, les drapeaux décorés, le Parthénon illuminé par des lumières multicolores. De nombreux événements sont organisés pendant le festival olympique : processions aux flambeaux, concerts d’hymnes nationaux étrangers et représentations théâtrales de tragédies de la Grèce antique.

Les gagnants de chaque concours  de jeux olympiques reçoivent une médaille d’argent, qui comporte d’un côté une représentation de Zeus tenant un globe terrestre sur lequel est placée la Victoire ailée et l’inscription Olympie en grec, tandis que de l’autre côté est représentée l’Acropole d’Athènes avec l’inscription « Jeux olympiques internationaux ». Ils reçoivent également une couronne d’olivier et un certificat. Les finalistes reçoivent une médaille en cuivre et une branche de laurier.

Les premiers Jeux olympiques de l’ère moderne ont pris fin le 15 avril 1896.

Les symboles olympiques

« Citius, altius, fortius » est la devise latine des Jeux olympiques qui signifie « Plus vite, plus haut, plus fort » et est la devise officielle du Comité international olympique fondé en 1894 par Pierre de Coubertin.

Les cinq cercles entrelacés sur fond blanc, le plus célèbre symbole olympique, représentent, comme le dit la Charte olympique : « l’union des cinq continents et la rencontre des athlètes du monde entier aux Jeux Olympiques ». L’Europe, l’Asie, l’Afrique, l’Amérique et l’Océanie étaient représentées respectivement par les couleurs bleu, jaune, noir, vert et rouge forment les jeux olympiques.

La flamme olympique, contenue dans le flambeau olympique, est portée par une course de relais jusqu’au brasero olympique de la ville qui accueille les jeux olympiques où la flamme brûle pendant toute la période des compétitions olympiques. Ceux qui portent le flambeau sont appelés « porte-flambeau », c’est-à-dire les porteurs du teda, le flambeau de cérémonie. Aujourd’hui encore, la cérémonie d’allumage de la torche a lieu à Olympie plusieurs mois avant le début des Jeux, par des « prêtresses » personnifiées par des actrices.