« Après tout, demain est un autre jour » est la célèbre phrase prononcée par la protagoniste Rossella O’Hara à la fin du célèbre roman écrit par l’Américaine Margaret Mitchell en 1936. En très peu de temps, son roman « Autant en emporte le vent » (Gone with the Wind) a remporté un grand succès éditorial au niveau international. Il suffit de dire qu’aujourd’hui encore, après une longue période, ce livre continue d’être réimprimé et vendu. Il peut à juste titre être considéré comme l’un de ces romans intemporels qui ne s’effacent jamais, d’ailleurs le bouquin a été traduit dans 37 langues différentes. Le 3 mai 1937, « Autant en emporte le vent » a même remporté le prix Pulitzer, l’un des prix les plus convoités de la littérature. À ce jour, plus de trente millions d’exemplaires ont été vendus.

Autant en emporte le vent : résumé et intrigue du livre

Voici Tara, en 1861. Gerald O’Hara est le riche propriétaire d’un domaine et d’une vaste plantation de coton près d’Atlanta, en Géorgie. Sa fille de 16 ans, Scarlett, est très belle, mais elle a un caractère capricieux et têtu qui ne s’améliore pas avec le temps. Au contraire son comportement lui cause beaucoup d’ennuis. La vie de riche, les fêtes, les prétendants, les somptueux banquets deviennent un lointain souvenir lorsque la guerre civile commence à apparaître en Amérique du Sud, où ils vivent.

Scarlett est amoureuse, mais pas réciproquement, d’Ashley Wilkes, le fiancé de la douce et tranquille Melania Hamilton, cousine de la jeune fille. Déterminée à conquérir Ashley, Scarlett déclare son amour au jeune homme lors de la fête de fiançailles. Ashley, bien qu’il soit attiré par la beauté de Rosella (autre appellation de Scarlett), lui répond qu’il ne ressent pour elle qu’un grand bien et qu’ils sont trop différents pour être ensemble. A la même occasion, durant la réception, Scarlett rencontre le charmant aventurier Rhet Butler.

La guerre est imminente, c’est pourquoi Ashley et Melanie anticipent le mariage. Rosella, de plus en plus déçue et attristée, se jette dans les bras de Charles Hamilton, le frère de Melania et l’épouse. Le jeune homme part cependant à la guerre et ne revient jamais, car il meurt au front. Scarlett, enceinte, donne naissance à un fils et l’appelle Wade. Entre-temps, ayant déménagé à Atlanta avec sa cousine Melania, Scarlett fait scandale et ne se comporte certainement pas comme une femme qui a perdu son mari bien-aimé à la guerre. Lorsque les Nordistes arrivent à Atlanta, ils l’assiégeant. Scarlett et Melania sont alors aidées par Rhett Butler à fuir vers Tara.

Ici, Scarlett trouve la destruction et la désolation, ainsi que la pauvreté absolue. Sa mère est morte tandis que son père n’a pas supporté la douleur et devient fou. Scarlett, habituée au confort, est obligée de faire un effort pour faire face à la situation difficile. En 1865, la guerre de Sécession se termine par la victoire du Nord. Ashley est rentré chez lui auprès de sa femme Melanie, qui lui avait entre-temps donné un fils. Scarlett continue obstinément à le désirer, mais entre-temps, par besoin d’argent, elle épouse le propriétaire d’une scierie, Franck Kennedy, avec qui elle a une fille, Ella.

En attendant, l’aventurier Rhett est toujours là pour elle et semble être le seul à pouvoir accepter tous ses défauts. Veuve pour la deuxième fois, Scarlett s’est rapprochée de Rhett et a décidé de l’épouser. Ensemble, ils ont une fille, Bonnie. Mais une chute de cheval est fatale pour la petite fille, qui meurt. Sweet Melanie meurt aussi, et Scarlett a peut-être enfin son bien-aimé Ashley, mais elle réalise trop tard qu’elle aime Rhett Butler. L’homme, fatigué et découragé par les caprices constants de la femme, décide de la quitter et de s’en aller. Qui sait, peut-être que Scarlett, aussi têtue qu’elle soit, pense déjà à le reconquérir.

Analyse du roman

Le roman est une photographie fidèle de l’Amérique du Sud au moment de la guerre de Sécession : les événements des différents protagonistes recoupent la réalité de l’histoire américaine de cette période, vue par l’une des parties en présence, les Sudistes. En lisant attentivement le roman, on peut voir une tentative (voilée, mais pas trop) de faire une critique de la société américaine qui, pendant la guerre de Sécession, soutient la cause nord-américaine.

Malgré le cadre historique difficile et le schéma complexe du roman, l’histoire d’Autant en emporte le vent intrigue et fascine le lecteur par son style historico-mélodramatique. L’histoire d’amour des protagonistes est habilement construite et les personnages sont bien caractérisés, chacun dans sa propre unicité. Le célèbre film « Autant en emporte le vent », réalisé par Victor Fleming et mettant en vedette Clark Gable (dans le rôle de Rhett) et Vivien Leigh (Scarlett O’Hara), est basé sur ce roman.