Karl Marx, a marqué l’histoire par sa pensée laissant une grande influence sur le développement de la théorie sociologique. Le grand philosophe politicien, né en Rhénanie en 1818, a effectué une étude de droit à Bonn et de la philosophie à Berlin, où il a rencontré la philosophie Hegel. Ensemble, les deux amis ont publié le célèbre Manifeste du Parti communiste en 1848. Marx s’installe ensuite à Londres, où il meurt en 1883.

La pensée de Marx et la théorie dialectique

La réflexion de Marx vise le développement d’une théorie scientifique des lois, dirigeant l’histoire et la dynamique sociale. Sa pensée n’est pas inspirée du modèle de Comte, en tant que développement unique, mais plutôt du modèle dialectique de Hegel, selon lequel l’histoire évolue à travers les conflits et les contradictions. Ainsi, Marx interprète la dialectique comme un principe actif fonctionnant dans des conditions matérielles et des relations socio-économiques. Il a un principe que l’évolution socio-historique est déterminée par des contradictions objectives liées à la disponibilité des ressources, y compris les ressources naturelles, et aux relations de production. Alors que d’un point de vue sociologique, Marx considère la théorie dialectique comme un élément caractérisé par la pertinence du conflit dans les relations sociales. Selon lui, ce modèle s’articule à partir d’une idée de la société comme une totalité, c’est-à-dire, d’un ensemble d’éléments en relation mutuelle.

La philosophie politique de Marx : les classes sociales

Selon Marx, les classes sociales sont les véritables protagonistes de la transformation sociale. Il définit la classe comme l’ensemble des individus qui se trouvent dans la même position au sein du système social. Ainsi, tous les membres d’une classe sociale se présentent de la même manière et ont le même accès aux ressources économiques sociales. Sur cette base, se forment également les formes culturelles ou sous-culturelles de la classe à laquelle ils appartiennent, qui définissent le style de comportement de cet individu. L’appartenance à une classe sociale est principalement déterminée par la naissance et le processus de socialisation au cours des vingt premières années de la vie et, par la suite, dépend des choix que l’individu fait en matière de travail. Les individus peuvent y appartenir et s’ils en prennent conscience, elle est considérée comme une classe en soi. Par conséquent, une classe consciente, elle peut devenir un sujet politique qui promeut des changements révolutionnaires dans l’ordre social.

Aliénation

Un autre concept clé de la sociologie, mais aussi de la pensée de Marx en général, est celui de l’aliénation. Le concept de ce terme doit être compris en référence à la théorie de l’activité productive en tant qu’essence de l’homme. Autrement dit, le travail est l’objectivation de la vie générique de l’homme. L’aliénation se fait en 4 étapes, ainsi, la principale cause d’aliénation est selon Marx, la propriété privée, le capitaliste, car il tend à s’approprier la production de l’ouvrier pour s’enrichir. Cela l’empêche de se sentir largement réalisé. Marx définit la réalisation de l’homme selon l’objet de sa production, et également son activité productive et ouvrière. Cependant, il considère que l’homme peut se libérer lors de la suppression de la propriété privée et de l’économie d’échange

La solution du communisme

Dans cette perspective, le communisme apparaît comme la véritable voie du salut pour le peuple et les classes ouvrières. Selon Marx, la seule solution au contraste entre l’homme et la nature est le communisme. La situation d’aliénation dans laquelle se trouve l’homme est de ce fait, la faute du capitalisme. Cette situation est basée sur la substitution de la valeur d’usage, liée aux besoins affectifs de l’homme. La valeur de l’échange aliène l’individu de son objet parce qu’il est l’objet de l’échange ou la marchandise. En résumé,  la pensée de Karl Marx est surtout utopique. Il voudrait éliminer les différences entre les différentes classes sociales. Par conséquent, même avec ses œuvres, il essayait de donner des solutions pour remplacer le capitalisme établi à l’époque.