La Révolution française (1789) font partie des évènements qui ont marqué une étape importante dans l’histoire de la presse. La « Déclaration des droits de l’homme » (26 août 1789) a été proclamée. En Italie, les nouvelles en provenance de France ont suscité la curiosité et l’excitation des classes cultivées et les partisans révolutionnaires. Le nombre de lecteurs dans les cafés et les « toilettes de lecture », qui sont nés dans de nombreuses villes en suivant l’exemple français, a considérablement augmenté.

La publication de documents révolutionnaires

Presque toutes les gazettes et les journaux publient les documents révolutionnaires : le serment de Pallacorda, le décret d’abolition du régime féodal, la convention et la Déclaration des droits de l’homme, la liberté de la presse, la formation de clubs politiques, dont celui des Jacobins, la proclamation de la nouvelle Constitution. Un grand intérêt est également suscité par les pamphlets qui parlent des événements de la Révolution, qui sont écrits par des publicistes italiens ou directement traduits en Français. La « Gazzetta Universale » de Florence, dirigée par l’abbé Vincenzo Piombi, et la revue vénitienne « Notizie del Mondo », dirigée par Giuseppe Compagnoni, se distinguent. À Milan, cinq gazettes ou journaux sont publiées, qui ne sont pas très populaires auprès des lecteurs car ceux-ci sont restés curieux. Le « Corriere di gabinetto » des frères Pirola, promu en 1786, compte un millier d’associés. Alors que deux fois plus d’associés sont pour la « Gazzetta urbana veneta » d’Antonio Piazza, le périodique basé sur la chronique de la ville. En outre, divers périodiques étrangers circulent dans les principales villes françaises et suisses comme Paris.

L’échec de l’interdiction de la circulation de documents

Au début de la guerre entre la France et la coalition austro-prussienne, les députés, les hommes politiques et les dirigeants des États italiens ont remis le bâillon aux gazettes : les cafés et les toilettes de lecture sont étroitement surveillés par la police. Ils ont également commencé à interdire la circulation des documents étrangers. En conséquence, la « Gazzetta Universale » et les « Nouvelles du monde » sont modifiées. Pendant son séjour à Rome, « L’actualité politique » est supprimée. Ainsi, à partir de Milan, en 1792, il est proposé aux gouvernements du Nord et du Centre de l’Italie de collaborer pour empêcher la diffusion clandestine de livres et de journaux définis comme subversifs. Cependant, la contrebande n’est pas arrêtée : plus de vingt exemplaires du « Moniteur universel », fondé à Paris pendant la Révolution française, continuent de circuler à Milan. Toujours à Gênes, les Français ont un agent qui a installé une presse à imprimer, où le matériel de propagande est reproduit en italien. Le journal étranger le plus populaire en Italie du Nord est la « Gazzetta di Lugano », publiée par Giambattista Agnelli et dirigée par l’abbé Giuseppe Vanelli.

La naissance des premières formes de journalisme politique

L’évolution de la guerre et la succession des massacres provoquent dans les Etats italiens l’intensification de la propagande contre-révolutionnaire. Les premiers magazines féminins sont apparus. En 1791, le « Giornale delle dame », « La donna galante ed erudita di Venezia » et le « Giornale delle nuove fashions di Francia e Inghilterra », publiés à Milan, ont été publiés à Florence. Napoléon Bonaparte entre à Milan le 15 mai 1796 et la presse est soumise à des restrictions. Les premières formes de journalisme politique sont nées, le sujet de discussion permanent est la liberté de la presse e l’abolissement de la monarchie du dictateur.

Sur la proposition du journaliste Compagnoni, le Tricolore est né. Cependant, la situation est appelée à changer : Napoléon préfère les modérés et ne respecte pas le statut de la République cisalpine, qu’il lui a dicté. Au cours de cette période révolutionnaire de trois ans, plusieurs journaux se sont présentés. Milan est devenu la capitale de la presse, enlevant la suprématie journalistique à Venise.

La première feuille milanaise gratuite a été publiée le 23 mai 1796 sous le titre « Giornale degli amici della libertà e dell’uguaglianza » compilé par Rasori. Un mois plus tard, le « Thermomètre politique de la Lombardie » compilé par Salvador est publié. En 1797, le « Giornale dei patrioti d’Italia », le « Tributo del popolo » de la Custodi et « L’amico del Popolo » de Ranza ont été publiés, mais ils ont été supprimés après la publication de certains numéros.

Le succès de certains journaux 

Le journal qui a eu le plus de succès au cours de ces évènements (ces trois années) est cependant le « Monitore italiano », publié au début de 1798. Enfin, il faut aussi mentionner « Il Redattore », une fiche rédigée par Lauberg. Parmi les journaux publiés dans les autres centres de la Cisalpina à retenir : le « Monitore bolognese », « Il giornale repubblicano di pubblica istruzione » de Modène et le « Giornale democratico » fondé à Brescia par Giovanni Labus, un admirateur du Foscolo, l’hebdomadaire « Gazzetta di Genova », un instrument de combat des démocrates. Le principal adversaire de la « Gazzetta » est « Annali politico-ecclesiastici », porte-parole des modérés. Au Piémont, en revanche, nous avons la « Gazzetta Piemontese ». En Toscane, le panorama apparaît plus vivant, où quatre nouveaux titres naissent, en plus des deux déjà existants. Sur les quatre, deux sont quotidiens : « Il Monitore fiorentino » et « Il Club patriottico », les deux autres sont hebdomadaires, « Il Democratico » et « Il Mondo Nuovo ». À Rome, le seul journal pertinent est le « Monitore di Roma ». À Naples, le « Monitore Napolitain » édité par une femme, Eleonora Fonseca Pimentel, a été publié de janvier à juin 1799.

La disparition des journaux politiques démocratiques

C’est en août 1799 que les troupes françaises ont été contraintes par les forces austro-russes de quitter la péninsule, les Républiques se sont effondrées, tous les journaux démocratiques ont disparu, à l’exception des gazettes qui n’avaient pas été compromises comme, par exemple, la « Gazzetta di Bologna ». En 1800, avec la victoire de Napoléon à Marengo, la deuxième phase républicaine s’ouvre pour l’Italie, mais le Napoléon qui revient à Milan est un dictateur qui impose un régime dictatorial. La censure revient. Dans les territoires agrégés à la France, les autorités imposent le bilinguisme à divers périodiques ou journaux et en promeuvent certains en français, tels que le « Courrier de Turin » et le « Journal de Gềnes ».

Au début du XIXe siècle, la presse a fait des progrès importants. Le nombre de lecteurs a augmenté et le journal a commencé à toucher un public diversifié. Maintenant, à la place de la figure du compilateur, il y a différentes figures de journalistes : le rédacteur en chef, l’éditeur et les collaborateurs. Le format du journal s’est également développé (26×40) et dans de nombreux cas, la page est divisée en 3 colonnes.