Peter Pan: le livre

En 1902, la figure de Peter Pan apparaît pour la première fois dans le roman « The Little White Bird » de l’écrivain écossais James Matthew Barrie (1860-1937).

Plus tard, vu le grand succès de Peter Pan et Wendy en 1904, les éditeurs de Barrie coupent des chapitres de l’ouvrage et le rééditent en 1906 sous le titre Peter Pan in Kensington Gardens (…in Kensington Gardens).

Mais l’événement qui a déterminé le succès de ce personnage fantastique est la pièce jouée le 27 décembre 1904 au Duke of York’s Theatre de Londres, dans laquelle le personnage fait ses débuts dans l’aventure Peter Pan, ou Le garçon qui ne voulait pas grandir. Plus tard, Barrie a transformé l’histoire en un roman, qui est sorti en 1911, d’abord avec le titre Peter and Wendy (Peter et Wendy), puis Peter Pan et Wendy et enfin juste Peter Pan.

Le personnage semble avoir été inspiré par l’amitié de l’écrivain avec les cinq enfants de la veuve Llewellyn-Davies. Barrie se divertissait dans les jardins de Kensington à Londres avec les enfants de cette femme, dont l’un s’appelait Peter.

Cette amitié a souvent été la cause de rumeurs malveillantes et d’accusations de pédérastie, mais les faits ont toujours prouvé le contraire, même les enfants de la veuve ont toujours défendu leur tuteur. A tel point que lorsque sa mère est morte, Barrie a pris en charge les garçons et leur famille.

James M. Barrie a légué les droits d’auteur au Great Ormond Street Children’s Hospital.

Peter Pan : L’histoire

Peter est un enfant qui, après avoir erré pendant une grande partie de son éternelle jeunesse dans les jardins de Kensington à Londres, se réfugie dans l’île de Nulle part, à la tête du groupe des « Lost Children » ou enfants perdus, dans le but précis de refuser de grandir.

James Matthew Barrie ne décrit pas les détails du personnage de Peter, il laisse tout à l’imagination du lecteur. Tout ce que nous savons, c’est qu’il a encore ses dents de lait et un sourire heureux sur son visage. Il peut voler et jouer de la flûte. Pour cette raison, il peut y avoir un vague lien avec l’idée du dieu grec Pan.

Dans la pièce de 1904, la robe de Peter était faite de feuilles d’automne et de toiles d’araignée. Habituellement, au théâtre, ce sont les femmes qui se font passer pour Peter, car il est difficile de trouver de si jeunes acteurs. De cette façon, il n’était pas possible de créer des similitudes, et il fallait compter sur l’imagination du public et la créativité des artistes.

Peter Pan: au cinéma

Ce célèbre personnage a inspiré beaucoup de musiques, comme celle du maître Leonard Bernstein pour une pièce de théâtre en 1950.

Mais c’est le cinéma qui a consacré Peter comme le symbole de l’éternel garçon.

De la première version d’Herbert Brenon en 1924, à la plus célèbre version de dessin animé produite par Disney en 1953, jusqu’en 1991 avec l’année de Crochet (Captain Hook) de Steven Spielberg. Puis deux autres versions en 2002 Peter Pan – Back to Neverland (la suite de Disney), et en 2003 Peter Pan, réalisé par P. J. Hogan. En 2011, une mini-série en deux parties a été produite au Royaume-Uni, Neverland – The True Story of Peter Pan, diffusée en Italie par Sky, dans laquelle la figure fantastique de Peter est réinterprétée.

Il convient également de mentionner Finding Neverland (Le Pays Imaginaire – Un rêve pour la vie) de 2004, réalisé par Marc Foster. Il s’agit d’une biographie de James Matthew Barrie, à qui l’acteur Johnny Depp prête son visage.

Peter Pan: l’image

Dans l’imaginaire collectif, cependant, la figure de Peter Pan reste liée au film de Disney, dans lequel il est représenté avec les oreilles d’un elfe, les cheveux roux, la plume sur le chapeau vert, assortie à la tunique.

Dans l’imaginaire de tous sont gravés les combats de Peter avec le Capitaine Crochet, poursuivi par le crocodile, les caprices de la fée Clochette (ou Tinker Bell), les aventures vécut avec les amis indiens du Pays Imaginaire, et la fantaisie qui vole sur les ailes de la jeunesse éternelle.